Le 24 avril 1998, plus de 150 cadres de la région de Marrakech Tensift Al Haouz (universitaires, ingénieurs, médecins, enseignants et entrepreneurs, etc..) se sont rencontrés et ont créé le Centre de Développement de la Région de Tensift (CDRT).

Dès la création de notre Centre nous étions conscients que le territoire le plus propice à l’action de  développement c’est l’espace régional. Les membres fondateurs se sont fixé deux objectifs.

En premier lieu, organiser, encadrer et animer une réflexion sur les grands défis  qu’affronte la région. Pour cela, nous avons adopté une démarche partenariale qui consiste à associer l’ensemble des forces vives (experts, ONG, Université, chambres des métiers et institutions nationales et internationales) dans la réflexion autour des principales préoccupations du développement régional (pauvreté, formation des ressources humaines, rareté de l’eau, protection de l’environnement, emploi des jeunes, mobilité,  monde rural, evaluation des publiques politiques marrakech safi etc..).

Quant au second objectif, il concerne la réalisation de projets pilotes sur le terrain pour tester et valider  les recommandations de notre réflexion murie autour d’une problématique donnée. A titre d’exemples, nous pouvons citer le projet de mise en place de l’outil télédétection pour la gestion de la ressource eau en irrigation, le projet de substitution des fours traditionnels polluants par des fours à gaz dans le village des potiers de Marrakech, la valorisation des plantes médicinales dans la région d’IJOUKAK (Haut Atlas). Là encore, la démarche adoptée est la suivante : une fois le projet réussi, le CDRT se retire pour que l’Etat et les autres institutions concernées prennent la relève en généralisant les projets réussis. Pour le CDRT, le développement du pays est un processus complexe et de longue haleine qui exige la synergie de tous les acteurs en respectant les prérogatives de chacun et la société civile a un rôle important à jouer dans ce processus aux côtés des autres acteurs (Etat, élus, secteur privé, etc..) et non de se substituer aux autres institutions étatiques et professionnelles.

Quinze ans après, nous sommes en mesure de confirmer que notre bilan est globalement positif eu égard aux objectifs et à la mission définis par les fondateurs. En effet, l’action du CDRT a été soutenue, ininterrompue et a touché tous les domaines (formation, planification territoriale, économie solidaire, environnement, culture, patrimoine, evaluation des publiques politiques marrakech safi etc..). Ces efforts ont été récompensés par l’octroi du statut d’utilité publique à notre Centre et sa reconnaissance nationale et internationale.

Le CDRT a aussi pu créer un réseau d’une centaine d’associations locales partenaires avec les quelles il agit localement et qui lui permettent d’assoir sa vocation régionale ; nombreuses d’entre elles ont pu se développer et mener des projets consistants. Aux  côtés de ses activités, nous avons privilégié la culture et l’encadrement des jeunes car nous sommes convaincus que le développement Humain concerne et l’aspect économique et l’aspect culturel (Art, valeurs, éthique, droits humains, etc..). et que l’avenir de notre pays est tributaire à la formation et de l’épanouissement de sa jeunesse. Ainsi, chaque année nous organisons des journées culturelles de créativité et deux universités pour nos jeunes.

Dans quelques semaines, nous allons célébrer 15 ans de notre existence et si nous avons pu maintenir notre action en faveur du développement régional sans aucune interruption, c’est grâce en particulier à notre indépendance, à la transparence de nos finances et à la motivation de nos membres et de notre staff administratif.

Ce quinzième anniversaire sera l’occasion de procéder à l’évaluation du travail accompli et son impact sur le développement de la Région, et de faire aussi un diagnostic critique et objectif  du fonctionnement et des projets du CDRT.

Le CDRT a été créé dans un contexte national donné ; il se doit maintenant de mener une réflexion sur les nouvelles orientations à prendre pour tenir compte du nouveau contexte national (nouvelle constitution, contexte politique, économique et social).

 

Ahmed Chehbouni, président du CDRT